Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : BEAU MÄLE DU SUD


Histoire2Cul.com > 30 ans

BEAU MÄLE DU SUD :


Côté baise, je kiffe un max les blacks, les beurs et surtout les latinos. Ces mecs m'excitent comme un dingue à cause de leur virilité, de leur peau noire ou bronzée qui fait contraste avec la mienne. J'ai vécu pendant près d'un an avec un italien originaire de Toscane, Sergio. Il était venu suivre une formation dans l'hôtellerie. Au pieu, il me rendait fou. On avait équipé notre chambre de plusieurs miroirs. Il y en avait sur tous les murs et même au plafond. Sergio était hyper baraqué. À la fois macho, câlin et très vicieux. Quel pied de me voir à quatre pattes et lui, en train de limer mon petit cul en me tenant par les hanches ! On s'envoyait en l'air des journées, des nuits entières. Il n'y avait aucun tabou entre nous. Sergio me baisait si bien que je suis resté fidèle pendant un an. Je n'avais pas besoin d'aller chercher ailleurs, j'étais totalement satisfait.
J'aime les latins parce qu'ils ont deux facettes. Ils sont virils mais peuvent être très "féminins" aussi dans leurs manières. C'est à dire chauds, caressants et sensuels. Aujourd'hui, je ne suis plus avec Sergio mais je recherche en priorité le même type de partenaires. Bien sûr, faute de grive... Je me console avec ce que je trouve. Quoiqu'il en soit, j'adore les gens du Sud et les beaux latinos. Mignon, joli cul, très salope au pieu... C'est ainsi que j'aime me décrire chaque fois que je passe une annonce sur Minitel ou sur un site Internet. Pour le reste, je suis châtain, je fais 1 mètre 76 pour 65 kilos et je bosse comme vendeur dans un magasin de matériel informatique de la région niçoise. J'ai besoin de baiser au moins une fois par jour. J'ai horreur de devoir me consoler avec un gode aussi je pars draguer tous les soirs, mon boulot terminé. Le mont Boron, l'avenue Emilia, la plage du monument aux morts ou le jardin du cap de Nice sont d'excellents endroits pour faire des rencontres.


Je mets mon petit cul bien en valeur dans un froc serré, sous lequel je suis souvent à poil ou en string, et j'allume un max. C'est ainsi que j'ai ramené chez moi un super étalon, la semaine dernière, Benoît. Il m'a tellement bien baisé que j'ai eu envie de le raconter. Et surtout, il était marseillais avec des origines italo-espagnoles. Un vrai de vrai, un pur latin de trente ans, brun et super bien foutu. Le keum parfait, taillé comme un athlète avec des muscles puissants, les cheveux courts, la peau mate, les yeux noirs et un slip bien garni. Le mâle, quoi ! La porte de mon studio à peine refermée, Benoît me plaquait contre le mur pour un palot d'enfer. Il y a des mecs qui n'aiment pas mais moi, j'adore embrasser. Ça tombait bien, lui aussi. On se roule pelles sur pelles tout en se caressant mutuellement. Je découvre son torse légèrement poilu et musclé sous son t-shirt noir, ses tétons érigés, son ventre plat aux abdos saillants. Mes mains se promènent sur ses cuisses puissantes et remontent sur la bosse qui gonfle la braguette de son jean. Je craque complètement ! Tout me rend dingue chez lui. On s'embrasse encore. C'est lui qui cherche ma bouche et qui m'impose sa langue. Malgré ce débordement de sensualité, je me sens déjà complètement dominé par mon nouveau partenaire. Il me rappelle Sergio, quelque part et cela aussi fait que je suis terriblement excité. Il a la même façon de se frotter contre moi et d'écraser sa braguette contre la mienne tout en tenant ma tête pour m'embrasser. La chambre est à deux pas mais on a du mal à se défaire l'un de l'autre. Je l'aide à retirer mon t-shirt, il m'aide à retirer le mien et on se retrouve peau brûlante de désir contre peau aussi brûlante. Je lèche ses seins, son cou, ses tétons durcissent encore sous ma langue puis, c'est Benoît que me lèche à son tour.
Je le sens aussi excité que moi.


Il prend ma main et la dirige entre ses cuisses pour me faire toucher son paquet. Sa tige est raide comme un piquet sous la braguette. Finalement, je le dirige vers ma chambre. Il nous faut seulement deux secondes pour être à poil et nous foutre au pieu. J'ai mis le chauffage à fond ! C'est plus agréable pour baiser quand on a très chaud. ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Le Duanier le 13 Janvier 2010 dans 30 ans.


Histoire de cul suivante :
TROMPERIES AUX BOUQUETS
Tous les dimanches, Jimmy se rend chez le fleuriste à l'extrémité de la ville. S'il a choisi un emplacement qui est si loin, c'est pour l'unique raison que c'es... Lire la suite ...

30 ans - Histoire de Léo M. ajoutée le 16/02/2010

Histoire de sexe précédente :
UN CINÉ AVEC SABINE
Je suis crevé et en plus le film était nul, heureusement que dans dix minutes maximum on est à la maison. Et Sabine qui ne dit rien. Bon c'est vrai qu'il est t... Lire la suite ...

30 ans - Histoire de Tam ajoutée le 15/11/2009


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales