Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : FASCINANTE MAÎTRESSE


Histoire2Cul.com > Sado-maso

FASCINANTE MAÎTRESSE :


Mon portable sonne. C'est un télé message de ma Maîtresse :

- J'ai besoin de toi, viens chez moi ce soir à 20 h 00.

Ses messages sont toujours très courts mais à chaque fois j'ai la même réaction. Je sens mon sexe se gonfler petit à petit. Le sang afflue le long de ma queue comme si ma Maîtresse se trouvait au bout. J'ai l'impression que même mon sang est aux ordres de ma Maîtresse.


Je ressens toujours une drôle d'impression d'avoir une réaction de ce type devant mon portable. J'ai jamais imaginé pouvoir être autant assujetti à une personne. Elle a pensé à moi aujourd'hui, le temps d'écrire ce message. Elle s'est dit que je peux lui être utile à quelque chose. Cela me rend heureux.


Comme à chacune de nos rencontres, j'arrive un peu avant au rendez-vous. Je suis collé à sa porte. Non pas pour entendre ce qu'elle peut bien faire, mais simplement pour ne pas louper les bruits de son horloge annonçant l'heure fixée. C'est une règle qu'elle m'a ordonné. Je dois toujours frapper à sa porte pendant les sonneries. Parfois elle s'amuse à dérégler cette horloge pour lui donner l'occasion de me punir ou si jamais il me venait à l'idée de lui faire remarquer.


Elle m'ouvre la porte. Comme à chaque fois, mon cœur bat très fort, mes mains tremblent. Je me tiens debout devant elle en attendant qu'elle prenne la parole. Elle sait à quel point ces moments de silence me remplissent d'appréhension. Elle le sait car de temps en temps, elle me laisse le même type de message qu'aujourd'hui. Dans ces moments, j'arrive chez elle, je me tiens devant sa porte, comme ce soir, et elle me renvoie chez moi sans un mot. La frustration que je ressens alors est indescriptible. J'ai du mal à respirer, mon ventre me fait mal. Certains s'imaginent qu'une des plus grandes preuves de soumission est de lécher la semelle des bottes de sa Maîtresse, souillée par des excréments d'animaux. Pour moi, me tenir là, devant sa porte à chaque fois qu'elle me fait signe, en attendant l'ordre d'entrer ou de repartir, m'est des plus pénibles.


Je me tiens debout dans l'encadrement de sa porte, la tête baissée. Elle me donne l'ordre d'entrer. Sans dire un mot, je me dirige vers sa salle de bain. J'ai appris ce rituel devenu presque inconscient. Je sais que c'est dans cette pièce que je vais trouver la tenue qu'elle m'a choisi pour ce soir. En chemin, elle me dit qu'elle a organisé une réunion entre Maîtresses et c'est pour cette raison qu'elle a besoin de moi. À entendre ces mots, j'imagine déjà quel type de vêtements m'attend, uniquement le fameux tablier blanc.


Je suis surpris de trouver autre chose. Une sorte de boxer en cuir, une cagoule en cuir qui me rendra aveugle en ne laissant apparent que le bas de mon visage ainsi qu'un gode ceinture. Je m'habille rapidement et pénètre à nouveau dans la pièce où ma Maîtresse se trouve, à quatre pattes comme à l'accoutumé. Bien qu'habitué à la maison, j'ai du mal à retrouver mes repères, aveuglé par la cagoule. Les meubles ne sont plus à leur place habituelle… Certainement que des gens viendront. Ne devant pas faire le service, je n'arrive pas à m'imaginer quel sera être mon rôle dans ce genre de réunion. Mais je réalise rapidement.


Ma Maîtresse m'attrape par la cagoule pour m'installer sur une sorte de banc. Le dossier est pratiquement à 45° de sorte que je me trouve pratiquement assis, le buste légèrement penché à l'arrière. Elle m'attache à plusieurs endroits du corps pour qu'aucun de mes mouvements ne soient possible, le front bien calé sur le dossier, puis le buste et enfin les jambes. En faisant cela, je sens son corps me frôler, j'attendais ce contact depuis longtemps. Ma Maîtresse m'explique que n'ayant pas suffisamment d'expérience pour le service, elle m'a trouvé une autre utilité. Elle a senti que je commençais à être trop attaché à elle et que d'être à la disposition d'autres dominatrices me ferait le plus grand bien. Étant donnée la position dans laquelle je me trouve, je n'y vois pas d'objection, de toute manière cette situation me fait plutôt plaisir même si je préfère toujours être exclusif à ma Maîtresse. Les moments où nous nous retrouvons seuls tous les deux sont toujours les plus agréables pour moi.


En approchant son sexe de ma bouche, elle vérifie si ma position convient et si elle sera la plus ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par SoumisÀvosDésirs le 07 Novembre 2010 dans Sado-maso.


Histoire de cul suivante :
UN MONDE À PART
D'où je viens, on ne voit jamais la croupe des demoiselles à moins d'être convoqué sous leur couette. Depuis l'époque où je vous parle, on brûle les gens pour l... Lire la suite ...

Sado-maso - Histoire de Angie L. ajoutée le 14/11/2010

Histoire de sexe précédente :
L'HONNEUR DE VIRGINIE 3
Virginie, Tu as rendez-vous place St Georges le 24 mai à 17H00. Après cette épilation, tu devras rejoindre la Gare Montparnasse pour 19H45, ton train est à 1... Lire la suite ...

Sado-maso - Histoire de Maxence ajoutée le 25/10/2010


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales