Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : FRANCIS, LE MEC AU TRACTEUR


Histoire2Cul.com > Jeune

FRANCIS, LE MEC AU TRACTEUR :


Il n'y a pas que les routiers qui sont sympa ! Les paysans aussi... Et on en trouve, parfois, qui ont des braguettes plutôt bien garnies. Entre nous, je n'aurais jamais imaginé que grâce à cette panne de voiture, j'allais me faire culbuter comme un sauvage par un étalon complètement en rut et déchaîné.


Cela s'est passé en septembre dernier. Je rentrais à Nice après avoir passé deux jours chez mes parents, à Annot. Je suis parti assez tôt le matin et j'avais hâte d'arriver chez moi, fatigué de rouler sur cette départementale sinueuse et quasi-déserte de l'arrière-pays niçois. Soudain, c'est la panne. Ma voiture s'est mise à avoir des ratées puis a calé. J'ai eu juste le temps de me ranger sur le bord de la route. J'ai essayé de redémarrer et après plusieurs échecs, je suis allé voir sous le capot. Question mécanique, je n'y ai jamais rien compris. J'ai touché plusieurs fils, ceux de la batterie et d'autres dont j'ignorais totalement leur utilité. Cela n'a servi à rien et le premier village devait être à plus de dix kilomètres. Je n'avais plus qu'une solution : partir en stop pour trouver le premier garage ouvert ou quelqu'un qui puisse me dépanner. Comble de malchance, nous étions un dimanche.


Je n'ai pas eu à faire de stop. Mon sauveur est arrivé sur un tracteur alors que je venais à peine de verrouiller ma voiture. Dès que je lui ai fait signe, il s'est arrêté, un beau mec blond avec les cheveux bouclés, très baraqué, à peu près de mon âge, c'est à dire 25 ans. Sur le moment, je n'ai pas du tout songé au côté baise de cette rencontre, j'avais trop de soucis. Il m'a gentiment proposé de jeter un coup d'œil sur mon moteur. Visiblement, il s'y connaissait beaucoup mieux que moi. Il m'a parlé d'un problème de Delco et d'allumage. Quand il m'a dit que ce n'était pas grand chose, je me suis senti profondément soulagé. Il est reparti vers son tracteur chercher des outils et il a commencé à démonter une pièce du moteur. Sa position me laissait tout le loisir de le détailler et devant ses bras puissants, j'ai commencé à fantasmer sur ce superbe étalon. Il mesurait plus d'un mètre 80 avec des épaules larges. Son jean serré épousait son paquet et formait une belle bosse au niveau de la braguette. Il était assez banal de visage mais possédait un corps athlétique moulé dans un débardeur blanc qui laissait entrevoir quelques poils blonds de son torse. Tout en discutant avec lui, j'ai appris qu'il s'appelait Francis, qu'il travaillait comme agriculteur dans la ferme de ses parents. Je lui ai demandé si ce n'était pas trop dur de vivre dans un coin aussi reculé. Je le draguais déjà et je voulais surtout savoir s'il avait souvent l'occasion de prendre son pied et de se vider les couilles. J'avançais quand même prudemment, je ne savais encore rien de lui mais j'étais de plus en plus excité par la force et l'étonnante virilité qu'il dégageait. J'ai toujours eu un petit faible pour les travailleurs manuels aux mains rugueuses.


Sa réparation terminée, je suis allé remettre le contact et le moteur a démarré dès le premier coup de clé. Je voulais remercier Francis à ma façon mais je ne savais toujours pas comment l'aborder. La phrase est sortie toute seule de ma bouche :

- On ne va quand même pas se quitter comme ça. Je te trouve très mignon.

Anxieux, j'ai guetté sa réaction. Allait-il me mettre son poing sur la figure ? Francis a paru hésiter. Il m'a détaillé de la tête aux pieds avant de répondre :

- Tu aimes t'en prendre une grosse dans le cul ?

J'ai tout de suite plaqué ma main entre ses cuisses, lui disant que si c'était de celle-là, qu'il voulait parler, j'étais prêt à lui montrer que mon trou serait assez large et assez profond pour la recevoir jusqu'aux couilles. J'ai senti en même temps, sous mes doigts, une grosse paire de couilles et une pine qui commençait à gonfler et à raidir sous le tissu. On ne pouvait pas aller chez lui, à cause de ses parents. Il connaissait un coin tranquille, pas très loin de là. Je suis remonté dans ma voiture, lui dans son tracteur et je l'ai suivi sur un sentier qui s'enfonçait dans une épaisse forêt de chênes, très excité à l'idée de cette baise matinale ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Le douanier Narzo le 17 Décembre 2012 dans Jeune.


Histoire de cul suivante :
PREMIÈRE FOIS ENTRE AMIS
Tout à commencé un après-midi d'été très chaud. Il devait être 16h00 et je décidai d'aller rendre visite à Manuel, un ami qui habitait non loin de chez moi. Je ... Lire la suite ...

Jeune - Histoire de Julien ajoutée le 24/12/2012

Histoire de sexe précédente :
TENDRE CÉDRIC
Je n'aurais jamais cru que je puisse éprouver un jour, un coup de foudre pour un homme. Pourtant, c'est bien ce que j'ai vécu l'été dernier avec Cédric. Il éta... Lire la suite ...

Jeune - Histoire de Jacquot ajoutée le 26/11/2012


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales