Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : GRENOUILLAGE MESQUIN 2


Histoire2Cul.com > Voyeur

GRENOUILLAGE MESQUIN 2 :


Alors que son mari a décidé de l'offrir en pâture à un inconnu, Anne subit son sort en silence par amour pour lui. Simon, l'inconnu, pseudo-photographe, ayant simulé une séance de photos de sexe, s'apprête maintenant à festoyer du corps magnifique de la vertueuse Anne.

Anne avait les mains liés dans le dos et les yeux bandés. Simon approcha son fauteuil de façon à être assis juste derrière Anne. Georges, s'était confortablement calé dans l'autre fauteuil pour ne rien perdre du spectacle qui allait suivre. Simon posa doucement sa main sur la croupe d'Anne qu'il caressa doucement sur toute la surface des globes fessiers, d'un geste évaluateur, lissant du même coup, le fin tissu, de façon à bien le tendre sur les fesses de la jeune femme. Anne se raidit brusquement à ce contact. Son corps se tendit et elle fut agitée de tremblements convulsifs qui s'espacèrent à mesure que la caresse durait. Comme si elle s'habituait au contact de cette main sur son corps, comme si elle l'acceptait progressivement. La caresse dura plusieurs minutes. Il prononça les premières paroles depuis que la soirée avait basculé :

- La chute de reins est superbe, cher ami, murmura-t-il et très prometteuse…

Il fit glisser un doigt du bas des reins, tout au long de la raie. Anne émit un petit halètement de honte et d'angoisse. La main de Simon quitta alors les fesses. Anne sentit le contact des doigts à nouveau sur elle mais cette fois, sur ses bas, très exactement à l'intérieur de son mollet gauche, juste sous le genou. La main enserra le mollet. Doucement mais fermement, elle le souleva légèrement, obligeant Anne à porter tout le poids de son corps sur l'autre jambe. Alors, la main força le genou à s'écarter de l'autre jambe. Le mouvement lui fit reposer le pied à environ cinquante centimètres de l'autre, elle était à présent toujours jambes tendues, mais écartées. elle se mordit les lèvres, honteuse de sa docilité, mais aussi de sa position qui, elle le devinait, devait la rendre particulièrement indécente : le buste projeté en avant par la position de ses bras, la cambrure de ses reins accentuée par ses hauts talons et par l'écartement de ses jambes.


Elle réprima un sanglot quand la main posée sur l'intérieur de son genou remonta, effleurant l'intérieur de la cuisse. Quand la main se posa sur la peau nue et dorée au-dessus de la lisière des bas, elle devina que le poignet devait commencer à relever l'arrière de sa jupe et à dévoiler plus largement l'arrière de ses cuisses. La main de Simon avait dépassé la lisière du bas, ses doigts frôlaient la peau nue, une peau très douce, satinée. Sa main remonta encore jusqu'à la jointure de l'aine, tendue par la position. Il effleura le muscle tendu ; les tremblements du corps d'Anne étaient visibles à l'œil nu. Son geste avait à présent largement découvert l'arrière des cuisses de la jeune femme. Les jarretelles ornaient délicatement la peau. La jupe était remontée jusqu'à la limite des fesses. Un pli superbe séparait le haut de la cuisse et le bas des fesses, les délimitant dans une courbe harmonieuse. La cambrure d'Anne était si prononcée qu'entre ses cuisses, les lèvres du sexe, closes, finement ciselées, d'un rose foncé, complètement lisses, étaient parfaitement visibles et accessibles grâce à sa position et au creux naturel qui séparait le haut des cuisses. Ses doigts s'approchèrent au ras du sexe. Il sentit tout le corps d'Anne se tendre. Et il l'entendit lâcher un sanglot. En souriant, il retira lentement sa main. En disant d'une voix basse mais parfaitement audible.

-Ce sexe s'ouvrira tôt ou tard... Mais l'ouvrir maintenant par une caresse serait trop facile. Il y a d'autres moyens…

Anne entendit ces mots dans un quasi brouillard, tant ses sentiments étaient paradoxaux. Humiliée, malheureuse, terriblement tendue, elle restait pourtant là alors que tout lui disait qu'elle pouvait mettre fin à ce calvaire en se rebellant. Mais elle restait immobile, les larmes lui venant aux yeux, parcourue de frissons d'angoisse, tétanisée ! Simon se leva alors et vint se placer face à Anne. La jeune femme devina sa présence. Les narines pincées, les joues écarlates. Elle respirait fort, la bouche entrouverte, dévoilant de petites dents blanches entre ses lèvres fines, peintes d'un rose discret. Son buste encore protégé jusqu'aux mamelons par les pans du chemisier se soulevait rapidement. Simon tira doucement sur les pans du chemisier coincés dans la ceinture de la jupe et fit glisser l'étoffe sur ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par L’Aventurière le 28 Juillet 2010 dans Voyeur.


Histoire de cul suivante :
LA FOIRE AUX GARS - I
Il y avait chaque année au village de Galion-sur-Mer une foire commerciale où seuls les hommes étaient généralement admis. Certes, avec la montée du féminisme ... Lire la suite ...

Voyeur - Histoire de Moustaches à la crème ajoutée le 22/08/2010

Histoire de sexe précédente :
GRENOUILLAGE MESQUIN 1
Anne a 41 ans, elle est l'épouse d'un homme d'affaires très riche. Elle a l'habitude d'évoluer dans les plus hautes sphères de la société. Souriante, douce et ... Lire la suite ...

Voyeur - Histoire de L'Aventurière ajoutée le 25/07/2010


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales