Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : L'ONCLE DE MARINE - LA PROVOCATRICE


Histoire2Cul.com > Mature

L'ONCLE DE MARINE - LA PROVOCATRICE :


Bon sang qu'il fait chaud, dehors ! Heureusement, le dernier bain dans la piscine a été rafraîchissant et je suis retourné travailler dans mon labo, restant en maillot de bain en attendant le prochain plongeon. La maison est silencieuse, seule Marine est là, sans doute encore en train de lire à l'ombre à côté de la piscine.


La porte grince et Marine entre, elle aussi simplement vêtue de son maillot de bain deux-pièces noir aux bretelles défaites. Comment fait-elle pour ne jamais avoir un bonnet qui tombe sous le sein ? Quel dommage !

- Ça va, ici ? Hummm, il fait bon chez toi !
- Ouais, ça va ici à l'ombre. Mais tu peux rester, assieds-toi.


Je lui montre le tabouret haut qui me sert d'habitude à travailler. En s'asseyant, sa poitrine et son bras frôlent délicieusement mon torse nu. Oh, tout à fait involontairement, sans doute, peut-être trop "tout à fait involontairement", on peut rêver. Hummm, la belle sent bon, sa peau est toute chaude de soleil, ferme et lisse. Perchée sur le tabouret, les fesses sous elle et le dos appuyé au mur, les talons remontés sur la barre lui ouvrant les jambes, donnant l'impression d'offrir son bas-ventre à ma concupiscence. Mon imagination s'envole en une seconde et dans les instants qui suivent, j'ai le plus grand mal à réfréner des pensées lubriques et un début d'érection que la forme ample de mon maillot de bain parvient peut-être à cacher encore. Fichtre ! Je lâcherais bien les documents que je tiens pour poser mes mains sur elle ! Mais ce genre de geste ne doit pas être compris dans les relations normales oncle-nièce. Il n'empêche, cette fille grande, mince, jeune et pleine de santé est attirante. Dommage qu'elle soit ma nièce de 18 ans et moi son oncle de 34. Enfin !


Je reviens à mon travail, histoire de me changer les idées mais sans grande conviction. Je sens qu'elle continue à me regarder un moment, comme si elle avait pu deviner mes pensées. Un instant, ce paradoxe m'amuse, de pouvoir imaginer les pires cochonneries à propos de quelqu'un qui se trouve juste à côté, tout en ayant un comportement parfaitement innocent qui ne laisse rien deviner. Tu te rends compte, Marine, que je suis en train d'imaginer ta bouche autour de mon sexe ? Que je le sens déjà gonfler sur ta langue ? Aïe, stop ! C'est en train de gonfler dans mon maillot de bain, là. Il est temps de penser à autre chose !


- Et tu t'ennuyais pas, là-bas, à bouquiner ?
- Bof, non, mais il fait tellement chaud dehors, on colle et c'est désagréable, mon soutif qui me serre et les bretelles qui pendent mais j'ose pas vraiment l'enlever, je trouve que mes seins sont trop petits. Qu'est-ce que t'en penses, toi ? Tu les trouves bien, tu les trouves à ton goût ?

Et joignant le geste à la parole, elle baisse résolument les bonnets de son maillot, se cambrant instinctivement pour m'offrir une poitrine plus volumineuse. Avec tout le reste de son corps magnifiquement bronzé, couleur de pain d'épice, la pâleur de ses seins a quelque chose de merveilleusement indécent, provocateur qui la rend très désirable. Le souffle me manque soudain devant ce spectacle si souvent souhaité et des sentiments contradictoires m'envahissent : reculer encore, franchir le pas ? Mais qu'attend-elle, vraiment, une simple appréciation ou que je fasse un premier pas ? Merde, est-ce qu'elle est vraiment innocente et je dois rester le bon tonton à cent lieues de penser à mal ou est-ce qu'elle-même vient de faire le premier pas ? Pour me laisser un temps de réflexion, je ne bouge toujours pas.

- Oh non, ils ne sont pas du tout trop petits, tes seins...

Mais tout de suite, pour ne pas laisser passer l'occasion, je relance le jeu :

- Ils ne sont ni trop petits pour devoir les cacher, ni trop gros pour être indécents. Au contraire, ils sont superbes, tes seins : bien ronds, fermes, des tétons bien pointus.

C'est vrai qu'ils sont à croquer et que Marine a les aréoles gonflées et le bouts des seins qui pointent sans aucune bienséance. Elle ne doit pas être insensible au compliment et à son propre exhibitionnisme. Elle se contorsionne légèrement pour mettre son corps à moitié nu en valeur, déclenchant en moi un flot d'adrénaline et une érection qui devient difficile à cacher. C'est pas possible, elle ne peut pas faire tout ça innocemment, ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Le Voyageur le 24 Décembre 2013 dans Mature.


Histoire de cul suivante :
NUIT CHAUDE AU CLUB ÉCHANGISTES
Il y en a une qui s'appelle Karine et l'autre, c'est Rachel. Deux filles superbes sans le moindre complexe ! En ce moment, elles travaillent dans une boîte où ... Lire la suite ...

Mature - Histoire de Martin B. ajoutée le 24/02/2014

Histoire de sexe précédente :
FRANÇOISE...
J'avais 18 ans, mignon comme un cœur mais toujours puceau. Un soir, des copains et moi nous nous retrouvons dans un parc avec des filles de notre âge. L'une d'e... Lire la suite ...

Mature - Histoire de Richard ajoutée le 12/12/2013


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales