Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : J'ADORE L'EXHIBITION


Histoire2Cul.com > Exhib

PULSIONS D'EXHIB :


Je m'appelle Sophie et j'ai 26 ans. Je suis brune, cheveux mi-courts, un peu petite à mon goût 1 m 59 mais plutôt "bustée" comme dit mon ami. Je remplis très bien les bonnets de mes soutien-gorges (95C) et j'ai un minou assez fourni, juste épilé sur les cotés. Je vis avec un ami que j'adore et qui me gâte. Il a une belle situation mais malheureusement il est souvent absent.


Je n'ai pas d'enfants donc beaucoup de liberté puisque je ne travaille que le matin dans une grande administration. A priori, tout pour être heureuse, mais pourtant, j'ai un problème ! Oh pas un gros problème… Mais quand même : J'adore l'exhibitionnisme… J'aime me montrer !!!


Et mon ami est tellement prude de ce côté là que les rares fois où j'ai tenté d'aborder le sujet, il a d'abord cru que je plaisantais, puis j'ai eu le sentiment qu'il allait me prendre pour une folle… Alors, à regret, j'ai compris que ça n'était pas son truc et j'ai essayé d'oublier. Mais rien à faire. Dès que je sens sur moi le regard un peu insistant ou salace d'un homme, je mouille… Et j'ai envie de me déshabiller… Pas pour qu'il me touche, mais pour qu'il me regarde.


Je suis généralement habillée assez classique. Jupe jamais trop longue et chemisier jamais trop fermé, mais dessous…
D'abord toujours des bas auto-fixant, genre Dim up et des dessous très fins, totalement transparents, qui font comme une seconde peau. Et parfois pas de culotte… Quand je ne suis pas au bureau et que je me sens excitée. Généralement, je n'ose pas allumer un homme, parce que j'ai toujours un peu peur qu'il me saute dessus, alors je me contente de marcher ou de me pencher, en sachant qu'il me regarde. Et j'ai découvert que le seul endroit où je pouvais me montrer, c'était dans ma voiture.


Au départ, je relevais ma jupe au ras de ma culotte et, à chaque fois que je m'arrêtais, les piétons pouvaient apercevoir mes cuisses, mes bas et le fond de mon entrejambe. Et je vous garantis qu'il y en a qui apprécient. Pour ma sécurité, les portes sont verrouillées et le moteur tourne. Dès qu'un mec me mate franchement, ça m'excite tellement que je mouille comme une fontaine et, au bout d'un moment, je suis obligée de rentrer pour me soulager toute seule. Si mon homme est là, c'est lui qui profite de ma forme, mais il est souvent en déplacement.


Au fur et à mesure de mes exhibitions, je suis devenue plus exigeante, plus gourmande, et aussi beaucoup plus courageuse et organisée. Généralement, je vais dans une ville voisine, à une cinquantaine de kilomètres ou dans un quartier éloigné de notre ville. J'ai une jupe courte assez évasée ou un kilt et un chemisier à boutons. Mon slip et mon soutien-gorge sont dans mon sac. Je longe les rues désertes en essayant de trouver un homme qui marche seul et dans un coin pas trop fréquenté.
Je ralentis et repère un endroit où je pourrais m'arrêter le long du trottoir ou sur une petite place. J'ouvre ma jupe ou la relève jusqu'à mon ventre, pour que ma toison soit juste un peu visible. Je dépasse l'homme en roulant tout doucement et en passant le plus près possible.


Il y en a qui remarquent tout de suite et essayent de me suivre, au moins des yeux. De toute façon, je me gare à l'endroit que j'ai repéré, moteur tournant, portes verrouillées, et je penche sur une carte qui est dépliée sur le siège du passager.
La vitre côté passager est toujours entrouverte. Je fais semblant de chercher où je suis et je repère le nom d'une rue pas trop loin. Le cœur battant, j'attends que l'homme arrive à ma hauteur. En général, il s'arrête et me regarde. S'il ne me voit pas, je l'appelle en lui demandant s'il connaît la rue que j'ai repérée. De toute façon, dès qu'il est là, il ne voit généralement que mes bas, mes cuisses et un morceau de ma toison. Rien que ces regards me font mouiller et bander comme une folle.


Les réactions sont toujours les mêmes. Il y a ceux qui matent avec des yeux exorbités sans un geste, ceux qui essayent de monter dans la voiture, ceux qui viennent se mettre de mon coté… Et la plupart du temps, soit le mec se touche à travers son pantalon, soit il se branle carrément en sortant sa bite, mais ça m'est égal, ce que je veux, ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Pierre Favric le 22 Février 2011 dans Exhib.


Histoire de cul suivante :
ENVIE COQUINE EN WEBCAM
Je suis programmeur informatique et je travaille pour une méga société située en région parisienne. Je suis également un mec plutôt libertin, à la fois cérébral... Lire la suite ...

Exhib - Histoire de Bernardo ajoutée le 26/02/2011

Histoire de sexe précédente :
LA GRANDE DÉBAUCHE
Je me prénomme Michèle, j'ai 37 ans, une grande fille, un mari et deux amants. Rien que de très banal, me direz-vous ! Pourtant, il n'y a pas si longtemps, vous... Lire la suite ...

Exhib - Histoire de Michèle ajoutée le 19/02/2011


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales