Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : SALOPE À LUNETTES


Histoire2Cul.com > Fétichisme

SALOPE À LUNETTES :


Lorsque j'ai fait l'amour avec Christophe, c'était la première fois que j'entendais un homme me dire que je l'excitais beaucoup à cause de mes lunettes ! D'habitude, on me parle plutôt de mes seins ou de mes jolies fesses… De ma bouche aussi. C'est plus flatteur. Là, j'ai été assez surprise. Le fétichisme des lunettes, je ne connaissais pas… Mais je n'ai pas été choquée. J'ai toujours été tolérante sur le plan du sexe. J'ai connu beaucoup d'hommes dans ma vie et j'ai toujours accepté leurs petites manies, leurs petits vices. J'ai eu des amants fétichistes des bas, d'autres qui voulaient que je les travestisse, d'autres encore qui appréciaient les jeux uro ou se faire goder, etc. J'aime beaucoup jouer quand je fais l'amour, j'adore le changement, varier les plaisirs, découvrir de nouvelles choses. C'est dans doute l'une des raisons qui fait que je ne me suis jamais mariée. Et puis, j'ai du mal à vivre en couple. Je suis trop indépendante, trop volage aussi. Quand un homme me plaît, il faut que je fasse l'amour avec lui.


Ma plus longue aventure a duré deux ans. C'est moi qui l'ai plaqué alors que j'étais enceinte. L'habitude, la routine, je ne supporte pas. Aussi, j'ai multiplié les rencontres et j'ai été confronté à de nombreux fantasmes. Christophe, lui, c'était mes lunettes. Il n'a pas du tout voulu que je les retire et m'a ensuite avoué ne bander que pour des femmes à lunettes. Les miennes, d'après lui, me donnaient un petit côté maîtresse d'école perverse, un côté à la fois strict et salope. Femmes à lunettes, femmes à quéquette ? Était-ce ainsi qu'il voyait les femmes comme moi ? J'ai ri ou plutôt souri d'entendre son aveu mais c'était sans méchanceté. Au contraire, je suis très contente quand un homme me parle de ses désirs les plus secrets, les plus personnels.


Christophe est beaucoup plus jeune que moi. Il a seulement 26 ans et nous travaillons ensemble dans une grande compagnie d'assurance dont le siège est basé en région parisienne. Depuis que j'ai dépassé la quarantaine, j'ai une attirance plus particulière pour des jeunes mâles comme lui, fougueux et endurants. Déjà, parce qu'ils sont capables de me baiser plusieurs fois de suite dans la même soirée et que je n'ai jamais pu me satisfaire d'une seule étreinte. Ensuite, je n'aime pas trop les hommes rondouillards avec du ventre. Je les préfère musclés, grands et athlétiques. Cela n'a jamais été un problème pour moi de trouver des jeunes amants, bien au contraire. Les 20-30 ans, comme je les appelle, adore faire l'amour avec des femmes mûres et expertes.


Je n'ai pas eu à draguer Christophe, c'est lui qui, la plupart du temps, passait son temps à lorgner dans mes décolletés. C'est très facile de deviner quand un homme a très envie de vous sauter. Christophe me plaisait mais je me suis amusée à le faire un peu languir tout en me comportant avec lui comme une vraie garce. Je voulais le rendre encore plus fou de moi. En fait, j'ai fait comme s'il ne m'intéressait pas du tout en m'affichant comme une grosse vicieuse et une obsédée qui était toujours en chaleur. Quand il débarquait dans mon bureau, j'engageais aussitôt la discussion sur le cul avec mes copines. Parfois, c'était osé et même cru. Je savais que même si je mettais Christophe un peu mal à l'aise, je l'excitais encore plus. Côté tenues, j'étais toujours très provocante. Ma fille (j'ai une fille de dix-neuf ans), dirait même que j'étais très limite, parfois. Limite de l'indécence, de l'impudeur. Je sentais Christophe prêt à craquer et plus très loin de me culbuter dans un couloir ou, pourquoi pas, me suivre jusqu'aux toilettes de l'entreprise pour me sauter dans un W.C. Quant à moi, ce jeu m'excitait au plus haut point et commençait lui aussi à me rendre folle et à me faire perdre la tête. Un soir, j'ai attendu Christophe à la sortie de la compagnie et je lui ai simplement dit :

- Tu m'offres un verre ?

Cette fois, c'était décidé ! Il finirait la soirée dans mon lit. En fait, on est allé chez lui. Son appartement était tout proche du restaurant où nous avons dîner. J'avais rarement fait l'amour avec une telle bête en rut. L'histoire des lunettes est arrivée au moment où je m'étendais sur le lit. J'ai voulu les retirer et les déposer sur la petite table de nuit mais Christophe ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Céline le 03 Juin 2014 dans Fétichisme.


Histoire de cul suivante :
STRIP POKER
Je suis avec deux amis, un homme et une femme. On prend un verre, on parle, on s'amuse. Au cours de la soirée, l'un de nous propose une partie de cartes. D'un c... Lire la suite ...

Fétichisme - Histoire de maudite :) ajoutée le 18/08/2014

Histoire de sexe précédente :
AMOUR AU TÉLÉPHONE
L'amour au téléphone, il nous est arrivé de le pratiquer. Rarement. Plutôt à l'occasion, sans que cela ne soit prévu à l'avance et c'est vrai qu'il peut être t... Lire la suite ...

Fétichisme - Histoire de SuperMari ajoutée le 11/03/2014


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales