Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : TIPHAINE ET SA VICTOIRE


Histoire2Cul.com > Exhib

TIPHAINE ET SA VICTOIRE :


Le souvenir de ma jeune chérie m'imprègne totalement. La différence d'âge ne nous sépare plus dorénavant que dans le regard des autres. Nous réfrénons l'envie de nous enlacer à chaque rencontre et cette contrainte est à la fois souffrance et promesse. Ses attitudes séductrices enflamment toujours mon désir mais maintenant que je sais mon envie partagée, aucune gêne ne vient la troubler.

Un soir, alors que je gravis les degrés qui me ramènent à mon étage, je surprends les bribes d'une conversation dans le salon.

- ... veilleras bien sur eux ma chérie. Je reviendrai vers 7 heures. Leur goûter...

La voix de ma logeuse s'éloigne et celle de Tiphaine me parvient étouffée. Cependant, ce que j'ai entendu suffit à faire germer l'espoir d'une entrevue avec ma jeune amante. Espoir qui a toute la nuit pour se transformer en un véritable projet.
Le petit-déjeuner pris, je finis ma toilette lorsque j'entends des pas dans l'escalier, furtifs, comme si leur auteur cherchait à s'en cacher. La descente me paraît plus rapide que la montée. Curieux je sors de la salle d'eau le menton encore blanchi de mousse. Un papier a été glissé sous ma porte. Essuyant mes mains à la serviette qui entoure ma taille, je le ramasse, le déplie. C'est la première fois que je vois l'écriture de Tiphaine. À l'encre violette, elle m'explique que sa tante doit se rendre à l'hôpital pour un examen avant de faire quelques courses. Elle aura donc la garde des enfants entre 16 et 19 heures. Un coeur a remplacé tous les points sur les i et celui qui ponctue la fin de son message est encore plus gros. Je souris de ce reliquat d'enfance qui participe à son charme. Elle ne m'a donné aucun rendez-vous, exprimé aucun souhait. Juste cette information dont elle sait qu'elle sera exploitée conformément à notre désir commun.


La journée passe trop lentement et une dernière réunion qui déborde jusqu'à 16 heures 45 a le don de porter mes nerfs à vif. Je franchis, avec une prudence relativisée par mon impatience, les quelques kilomètres qui me séparent de mon but.
J'arrive dans la rue de la villa. Soudain un frisson glacé me parcourt. La voiture qui vient de me croiser est celle de madame Carron. Il ne me semble pas qu'elle m'ait reconnu, mais cette rencontre brutale rend encore plus présente la fragilité de la relation que j'entretiens avec Tiphaine. Encore remué par l'incident j'entre dans la maison. Des exclamations enfantines me parviennent du salon, puis des pas. Elle apparaît dans l'encadrement de la porte, y prend appui. Nous nous regardons et la chaleur qui m'envahit chasse immédiatement les spectres de l'interdit qui me hantaient. Sa poitrine est comme une onde souple qui fait enfler son gilet sans manches en tricot noir, qu'elle porte sur un chemisier blanc. Sa sombre jupe plissée lui donne l'air d'une écolière de l'ancien temps. Ses bas blancs et ses chaussures baby aux talons carrés complètent sa panoplie. Seul le maquillage fluo de ses paupières et ses mèches platine ancrent son image dans la mode actuelle. Je me défais de ma veste. Elle vient précipiter son corps contre le mien. Sa joue se cale dans mon épaule:

- J'ai eu peur que tu rentres trop tôt. Son rendez-vous a été décalé, j'ai pas pu te prévenir.

Mon baiser dissipe son angoisse passée et mes mains glissent sur son corps menu, caressent sans pudeur ses courbes qui ne se refusent pas. Je l'attire dans l'ombre de l'escalier et ma langue s'enroule autour de la sienne. Elle m'enlace, laissant mes mains devenir de plus en plus indiscrètes. Sortant les pans de son chemisier hors de la ceinture de sa jupe, ma main remonte vers ses pommes rondes, gainées d'une étoffe de coton. Elle gémit et soupire son approbation. Mon bras disparaît sous sa jupe. Une forme rampe sur ses reins, glisse sur sa hanche, lui fait creuser le ventre, s'enfouit dans le terrier de son entrecuisse, qu'elle ouvre sans retenue. Collée au mur, elle halète pour autant que ma langue lui en laisse la possibilité. Mes doigts se repaissent de leur proie qui consent à la dévoration de ses attributs intimes. Un cri :

- Tiphaine ! On peut avoir le goûter ?

La jeune fille tressaille, me repousse, comme si déjà un appel enfantin était capable de passer au-dessus ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Fripon le 23 Décembre 2011 dans Exhib.


Histoire de cul suivante :
COUP FOIREUX !!!
Maryse et Claudine sont collègues, elles sont toutes deux cadres dans une très importante multnationale où elles exercent la profession de conseillères en commu... Lire la suite ...

Exhib - Histoire de Pervers Pépère ajoutée le 19/01/2012

Histoire de sexe précédente :
TIPHAINE ET SES CAPRICES
La reprise du travail le lendemain m'aide à me détacher de la jeune nièce de ma logeuse. La satisfaction physiologique de mon désir rend son image moins obsédan... Lire la suite ...

Exhib - Histoire de Fripon ajoutée le 21/12/2011


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales