Histoire2Cul.com : Site d'histoires de sexe et de récits érotiques

Histoires de cul ainsi que des récits coquins

Histoire érotique : UNE INITIATION POUR ANTOINE 1


Histoire2Cul.com > Exhib

UNE INITIATION POUR ANTOINE 1 :


L'existence d'une prof agrégée dans une université bien cotée n'est pas désagréable. Je sirote un café chaud dans le bistro qui fait face à l'établissement dans lequel j'enseigne les mathématiques depuis bientôt 7 ans. Muriel, une collègue, me rejoint à l'abri de la pluie de printemps qui martèle la baie vitrée. Comme souvent, notre bavardage tourne autour des cours, des élèves, des collègues, les sympa et les autres, bref, l'ordinaire d'une vie d'enseignante. Puis elle me propose à mots voilés un petit job. Amusée, car je n'ai pas vraiment besoin d'un salaire d'appoint, je l'écoute me parler d'une amie de sa mère dont le fils est en fac. Le garçon semble avoir des difficultés à organiser son travail et à poser ses raisonnements, notamment en mathématiques. Elle m'explique qu'en tant que prof d'Histoire-Géo, elle ne se sentirait pas à l'aise pour l'aider. Ses yeux me font comprendre que cette proposition est plutôt un service qu'elle me demande. Voyant sa détresse j'accepte de bon coeur.


Une semaine plus tard, je me présente au domicile de monsieur et madame Defflaere. L'immeuble est situé dans un quartier résidentiel de la ville qui a conservé ses façades du siècle dernier. La sonnette de cuivre luisant fait retentir sa clochette dans l'appartement. C'est madame qui m'ouvre, une charmante dame entre deux âges. Son style s'accorde bien avec celui des lieux. Bourgeois et cossu. Elle m'invite dans le salon et me propose une tasse de thé que j'accepte. Le parquet ciré est couvert de tapis épais et l'usure du velours des sièges accuse visiblement une utilisation de plusieurs générations. Les tableaux et photos anciennes qui décorent les murs témoignent également de l'ancrage de cette famille dans une histoire qu'elle revendique fièrement.


Madame Defflaere, jupe droite en tissu écossais, chemisier blanc et foulard Hermès, se présente comme l'épouse d'un médecin de l'hôpital. Elle affecte un sourire un peu nerveux en m'exposant les difficultés de son fils. Stress maternel ordinaire. Je la rassure de mon mieux, mais plus que mes paroles c'est ma situation et mes titres qui calment son anxiété.
Le parquet craque derrière moi. Un jeune homme vient d'entrer dans la pièce. Sa mère l'invite à se présenter.

- Allons Antoine, tu ne vas pas faire le timide. C'est Mademoiselle Maréchal qui va t'aider pour les maths.

Environ 1m75, mince, le visage relativement allongé comme souvent les garçons de son âge. Blond, bouclé, il porte des lunettes rondes qui lui donnent un air sérieux. Il s'avance et me tend la main. Réservé certes mais il ne semble pas contrarié par le choix de sa mère à en voir son sourire et l'éclat de ses yeux un peu fuyants.

- Je vais vous laisser faire connaissance. Tu emmènes mademoiselle Maréchal dans ta chambre ? Et surtout dis-lui bien ce qui te tracasse, elle est là pour t'aider.

La mère attentive s'éclipse tandis que le garçon m'invite à le suivre. Sa chambre, au bout du couloir est très classique. Posters aux murs, rollers qui traînent dans un coin, ordinateur et une grande table ancienne en guise de bureau. Nous nous installons côte à côte sur le bureau, dans une position ouverte qui nous permet de dialoguer en nous faisant face. Je lui demande de me montrer ses résultats du premier trimestre. Pas brillants en effet ! Ensemble nous examinons son programme de l'année et tandis qu'il me pointe les sujets les plus difficiles pour lui, je laisse mon regard apprécier plus en détail le jeune garçon. Il est plutôt mignon. Peut-être a-t-il une copine. Pas de photo visible. Je me concentre à nouveau sur le plan de travail et lui expose à mon tour ma façon d'aborder nos futures séances de travail. Son regard est intimidé. Parfois il fuit le mien, vers le bas, vers mes jambes. Je porte une robe courte, des collants noirs et des bottines à talons. Tandis que je parle, ses yeux semblent hésiter entre le document que je lui commente et les abîmes féminins qui l'attirent. Voulant en avoir le coeur net je croise lentement les jambes l'une sur l'autre, tirant pudiquement le bas de ma robe vers mon genou. Je balance légèrement ma jambe libre et ce simple geste accroît encore la fréquence des absences de son regard.


Le petit jeu innocent se poursuit jusqu'à la fin de notre entretien. Le ton professoral que j'adopte maintient l'intégrité de mon image dans l'esprit du garçon. Avec un empressement teinté de respect, Antoine me raccompagne.

- Tu peux m'appeler Florence tu sais, maintenant qu'on va travailler ensemble.
- Euh... Je crois que ma ...

Lire l'histoire érotique complète


Récit érotique postée par Fripon le 05 Février 2011 dans Exhib.


Histoire de cul suivante :
UNE INITIATION POUR ANTOINE 2
Deux semaines passent sans que cet événement soit évoqué autrement que par des regards complices. La méthode a l'air d'avoir du bon car ses résultats s'inversen... Lire la suite ...

Exhib - Histoire de Fripon ajoutée le 08/02/2011

Histoire de sexe précédente :
ETAT SEXY DES LIEUX
Bonjour je m'appelle Matt et j'ai 20 ans. Quand cette histoire m'est arrivée il y a un an, j'avais 19 ans et je terminais mon année en classe prépa. Comme je ch... Lire la suite ...

Exhib - Histoire de Matt ajoutée le 23/11/2010


Menu

Statistiques
Histoires de Cul :
780 (en attente 0)


Copyright 2009-2020 © www.histoire2cul.com - Contact - Nos conditions - Mentions légales